Masques Africains 

Masques Africains

Pour les sociétés africaines animistes, il est important de pouvoir communiquer avec les forces invisibles ; d'où l'existence de supports rituels tels que le masque pour y accéder. Il ne s'agit donc pas d'un simple objet "esthétique" mais d'un objet "sacré" porteur de sens et d'une fonction particulière.
Le sculpteur n'aura pas été choisi au hasard ni le lieu où il aura été fabriqué avant de passer entre les mains du devin qui lui attribuera sa force sacrée. Les rites pour honorer les divinités ou les ancêtres pourront alors commencer afin de mettre leurs pouvoirs au service des mortels.

Les masques "sortent" ou "dansent" lors de cérémonies importantes ; ils sont donc généralement complétés par de longs vêtements de fibres végétales, feuilles ou plumes qui habillent le danseur.

Il existe une extrême diversité de masques par leurs formes, leurs couleurs et leurs fonctions, en voici quelques exemples :

  • masques anthropomorphes (apparence humaine)
  • masques zoomorphes (apparence animale)
  • masques heaume (casque)
  • masques cimiers (porté sur le haut de la tête)
  • masques planches...

Ils intervenaient dans le culte des ancêtres (masques teintés de kaolin), les rites funéraires (masques de funérailles), les rites d’initiation (passage de l'adolescence à l'âge adulte), de fertilité (terre nourricière), protection des semailles et des récoltes, de la chasse...
Leur rôle était primordial pour le bon fonctionnement de la société car ils intervenaient dans toutes les étapes marquantes de la vie de la communauté et servaient aussi à conjurer les forces nuisibles présentes dans une nature environnante difficile voire hostile.

"Les masques sont les moyens de transmission de quelque chose qui nous dépasse".

Citation d'Amadou Hampaté Ba

par page
Résultats 1 - 20 sur 29.
Résultats 1 - 20 sur 29.

Vu(s) récemment

Pas d'articles